jeudi 26 mars 2009

Circlesquare - Songs About Dancing And Drugs (2009)



Dois-je avouer ma primo-perplexité devant ce bidule post-moderne mollement posé entre Carl Craig et les Talking Heads ? Pourtant au final j’aime assez ça, il doit bien y avoir du bon dans cette semi-mollesse là, dans ce dub hannettien qui s’ignore, dans ce faux blues larvaire, madréporique et plus aboulique qu’un congrès de neurologues en goguette On ouïra sans peine « Hey You Guys » le premier titre, un bidule renfrogné plus maussade que l’ennui... mais en mieux, « Dancers » et son groove asthénique , comme noyé dans un élément glauque, et surtout «Ten to One » sorte de micro climax post partout (moderne, punk, opératoire..) et vrai délectation morose.
Pour mieux en finir, frôler la précision, on ajoutera que l’auteur de la chose évoquée affiche un beau visage de lymphatique boréal, une bien belle mèche saupoudrée et une remarquable non-voix d’endive blême, ce qui ne gâche rien en rien… ou l’inverse.


Libellés : ,

5 Comments:

Blogger skorecki said...

pas ma tasse de thé ... mais pas mal si aime la "cold wave" ... attention à ne pas trop flqsher sur bayon et les baypnnismes ("on ouira sans peine ... "), it's a dead end street, stylistically and ethically ... si vous voyez ce que je veux dire ...

4:33 AM  
Anonymous Rupert Withglee said...

si je puis me permettre: I don't care for bayonnisms either, I know what you mean, Dude.

12:48 PM  
Blogger skorecki said...

who are you rupert (come and see me on my blog ... skorecki.blogspot.com)?
amitiés à philippe, toujours aussi délicat ...

5:51 PM  
Blogger Philippe L said...

Cher louis merci pour la délicatesse, vous me pardonnerez ces quelques facilités, cette manière de (me faire) mousser un peu sur le dos de la musique… Pour ce qui est de Bayon je ne l’ai pas lu depuis une éternité (tout comme libé) et en tous les cas je n’ai jamais été plus bayonien que ça. A la « cold wave » invention française, d’ailleurs presque une invention de Bayon (Pacadis avait bien inventé le Növo) j’ai toujours préféré le post-punk… le post-punk englobe bien plus que le froid.

PS : Pour la voie sans issue j’aime bien me perdre dans celle de Ray Davies

Bien à vous

8:13 PM  
Blogger skorecki said...

j'ai mis une jolie chanson de dave davies sur mon blog ... en miniature ... elle ne se remarque pas beaucoup mais elle est magnifique (et très connue)

8:30 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

un compteur pour votre site
OpenDrive