dimanche 6 novembre 2005

Sun Kil Moon - Tiny Cities (2005)



Il y en aura bien pour trouver les disques de Mark Kozelek ennuyeux voir plus, mais bon à la limite ce n’est que de l’écume.
Il y a des artistes qui ne font pas le tour de leur territoire si rapidement que cela, chez Kozelek la topographie est toujours la même un paysage morne, triste synonyme de chagrin que l’on arpente toujours apparemment de la même manière, mais apparemment seulement, il y a encore des parties inexplorées : des chemins en cul de sac, des buissons, un petit étang bucolique et sinistre, j’en parlerais à Ophelia …
Qu’il reprenne AC-DC ou les affreux Yes : Kozelek est dans son territoire, celui de la ballade fatiguée : Liquide avec Red House Painters pas loin du Mercure, moins nocive, boisée avec Sun Kil Moon ou il y a peu plus de lumière, (évidemment dans la clairière le soleil passe mieux.)
Chez lui on retient toujours la mélodie qui part du même point,mais est toujours légèrement différente, les couleurs sont les mêmes sur la palette mais jamais dans la chanson, un constant et subtil décalage qui lui évite d’épuiser ses couleurs, comme il prend son temps pour arpenter son territoire, c’est d’ailleurs aussi une question de temps, ne pas confondre la lenteur avec l’ennui.
Et il y a cette voix comme toujours majestueuse, une voix qui a vu et qui sait, comme celle de Nick Drake ou Chet Baker, qui vient après : le chagrin, la résignation, l’espoir … du pur blues blanc …
Pour résumer c’est un disque magnifique, les plus hostiles à l’ennui supposé peuvent écouter Dramamine courte merveille, les autres n’ont pas besoin de moi, d’ailleurs je vais me rendormir.

Libellés :

1 Comments:

Anonymous daniel said...

Et bien moi je m'ennuie quand j'écoute Kozelek aujourd'hui .
Alors que "Songs for a blue guitar " est le seul disque que j'ai toujours refusé de prêter à quiconque ...

1:47 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

un compteur pour votre site
OpenDrive