dimanche 1 mars 2009

The Gentry - Solitary (1986)




« On ne commence un travail de longue haleine qu'avec la certitude de ne pas être dérangé. Or je ne peux travailler, car je souhaite être dérangé. Ni par mes amis ni par toute personne déjà vue et connue. (Ici, petite, chanson.) » Georges Perros – Papiers Collés


C’est ici que le tremblement poldérisé commença, imperceptiblement, sournoisement, comme une maladie insidieuse :

Ou comment des troisièmes couteaux post-punks bataves, certifiés conformes et d’époque, écrasent toute la clique à mèche contemporaine (Editors, Interpopol, White Lies…) Sens de la dramaturgie, tambours qui inévitablement roulent dans l’escalier, basse plombée-plombante, chanteur vraiment concerné. Le tout un peu de biais, entre Television (sans le génie des cordes raides) et le meilleur de The Sound : ce très grand petit groupe oublié.

Libellés : , ,

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

un compteur pour votre site
OpenDrive