lundi 30 juillet 2007

Robbie Basho - Venus in Cancer (1969)



Etrange après-midi ! Etrange soleil jaune, enfin un air moins vif, plus langoureux et d’une tiédeur maternelle. Avant l’heure où les thés d’après-midi finissent, loin de la nuit qui tombe tard, on voie au loin de petites taches brunes et d’autres d’infimes couleurs qu’on pourrait prendre, dans le ciel bleu saturé, pour des moucherons ou pour de minuscules oiseaux. Des colibris, modestes trochilidés pouvant battre leurs ailes de quinze à quatre vingt fois par seconde.
Je suis un oiseau ; voyez mes ailes. Le colibri prise pourtant peu nos latitudes. C’est un fait.
Je ne vous parlerais pas de ce disque et de ce vol là.
Gérard de Nerval lui se promenait en tenant un homard en laisse, le homard selon lui était préférable au chien car n’aboyant pas et connaissant les profondeurs de l’océan.
Ce soir je mange un homard, le petit tient le grand en laisse.
Je ne vous parlerais pas de ce disque.
Que m’est-il arrivé ? Me voilà face au disque du soleil, alors que j’étais tout en haut, dans le rien désiré, inaccessible, dans une immobilité parfaite, dans l’apaisement définitif et loin de toute opération mentale. Parvenir à la clarté, à l’éveil, à la transparence, devenir une chose d’ici, qui signifie et le soleil et la terre.
Je ne vous parlerais pas de ce disque, c’est un disque indien.

- Au bord d’un tapis vert un honnête magot ;
- Un cigare réduit à l’état de mégot ;
- Le disque du soleil dans le ciel de Neptune ; )))),

Libellés : ,

1 Comments:

Anonymous pradoc said...

Un texte très réussi, vraiment.

4:56 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

un compteur pour votre site
OpenDrive