jeudi 4 octobre 2007

Back in Your Life (1979)



Marie et les Garçons reprennent de maniere admirable « Roadrunner» et sont « In love whith the New York sound » , sur la pochette du merveilleusement accidentel « Crazy Rhythms» les Feelies ressemblent à des étudiants en physique nucléaire sages et propres sur eux, les Young Marble Giants eux font le moins de bruit possible sur le crucial « Colossal Youth» et les Talking Heads dans « More Songs About Buildings and Food » traquent le souffle dissimulé des Buildings et le spleen urbain. Tout est aimablement straight et laisse entrevoir en filigrane l’influence des premiers Modern Lovers …( Vraisemblablement par le biais de Jerry Harrison pour les têtes qui parlent, mais pas uniquement - pour simplifier Modern Lovers +Pere Ubu + …)
Pendant ce temps Jonathan lui, poursuit son petit bonhomme de chemin, construisant une œuvre délicieuse et éclopée, posant une planche grignotée par-ci construisant un magnifique château de sable par-là, du bancal élaboré avec douceur, une œuvre, oui une œuvre presque cohérente dans sa fragilité même !! Et si pour Malraux - le toxico fiévreux à la mèche sybarite- les enfants et les fous ne peuvent produirent que des miracles et jamais une œuvre il est bien évident que notre croquignolet lui ne se laisse dépasser que par ses sentiments et pas par autre chose. C’est LUI qui joue et chante pour les enfants et les fous ! Il joue même pour les autres - le bon peuple sensible mais normé en façade - naviguant toujours entre les deux : l’enfance perdue et la croquignolerie éventuelle …
Pour en venir vraiment à « Back in Your Life » l’album de 1979, il continue « Rock 'n' roll With the Modern Lovers » avec les même moyens super-légers, il y a un peu plus de mélancolie et moins de musique ethnique fantasmée mais c’est en gros la même recette légère sur le cœur .. Jonathan se fait passer pour Abdul et Cleopatre (réunis) ou pour un petit moustique … Il y a des chansons à l’humour nonsensique , plus dada que dadais et une quantité de ballade crève cœurs non négligeable ( I Hear You Calling Me , Emaline …) il y a surtout la bien nommée « Affection » l’une des plus belle chanson du monde , la plus tendre et gracieuse de Jonathan Richman ?
Apres ce disque Jonathan se marie ! Il s’installe en Californie et disparaît de la circulation pendant quatre ans. Néanmoins quelques-uns ont l’immense privilège de l’admirer sur scène où il se produit seul débranché au milieu d’un assortiment de plantes vertes et de pots de fleurs, Jonathan est un grand inventeur …

Libellés :

3 Comments:

Anonymous Anonyme said...

un très bon disque c'est sûr, un grand artiste aussi. Un peitit point de détail quand même, je ne suis pas sûr que J. se laisse tant que cela dépasser par ses sentiments, je pense au contraire qu'il est un des rares à les exprimer sous toutes leurs facettes même sous celle de la sensiblerie, là où tant d'autres gardent de la distance ou sombrent dans le pathos! ph.

9:06 AM  
Blogger -Twist- said...

Un jour, je me mettrais à Richamn et ses amoureux. Un jour. Depuis le temps...

10:22 AM  
Blogger Philippe L said...

Cher anonyme a dit... sachez que pour moi le « se laissez dépasser par ses sentiments » est une chose indispensable et que les intuitions fausses ou non m’inspirent toujours plus de considération qu’une quelconque réverbération d’intelligence mal assumée, les sentiments en dedans et après en dessus...

ah ! oui dans la même série :

http://www.youtube.com/watch?v=83lstalkudA

4:35 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

un compteur pour votre site
OpenDrive