dimanche 25 janvier 2015

Solitude de l'audionaute de fond (2)



17 janvier 2015. Wil Stratton – Gray Lodge Wisdom (2014) L’année dernière Wil Stratton a failli mourir, une mauvaise et longue maladie, de celle dont on ne réchappe généralement pas. Il s’en est sorti et a pu finir Gray Lodge Wisdom un album enregistré, avec la foi du charbonnier et sans plus de lourdeur que ça. Le résultat est magnifique, détaché et flottant sur la face la plus lumineuse du spleen drakien. Huit chansons, pas plus et le simple bonheur d’être encore là, toujours petit face au monde.
John Cale – Animal Justice (1977) un Ep enregistré pendant la période la plus problématique de John Cale. Celle où il lui prenait l'idée de décapiter des poulets sur scène tout en prenant des airs d 'agité du bocal. Quatre titres, deux vraies merveilles : Chickenshit, ode aux poulets sans tête et Hedda Gabber une longue suite échafaudée à partir d'une pièce d'Ibsen ; l'une des plus belles choses enregistrées par John Cale.

18 janvier 2015. Stephen Steinbrick – Arranged Waves (2014). Découvert sur les bons conseils de quelques amis virtuels (et bienheureusement impalpables). C'est un joli disque tranquille, un peu adult-rock mid seventies mais tout de même assez près de l'os. Steinbrick chante avec une voix de soprano pas gêné par la testostérone, les guitares carillonnent, tout est pour le mieux.

19 janvier 2015. Quelques sonates de Scarlatti par Pierre Hentai. Interprétation à la limite de la dissonance, avec quelque chose de presque punk sur les bords. Plus tranquille les mêmes sonates par l'indépassable Martha Argerich.

20 janvier 2015. Wah! - Nah = Poo – The Art of Bluff (1981) Assez inégal mais sincère. Deux chansons extraordinaires : Somesay et Seven minutes to midnight, mètres étalons postpunks pleins de crudité où la voix de Pete Wyllie fait merveille. (Des mêmes il y a une excellente Peel Session que l'on peut écouter à cette adresse )
Quelques croquignoleries d'Ivor Cutler écoutées au débotté sur YouTube. Un drôle de bonhomme (c'est lui qui chante à la fin de Rock Bottom).

21 janvier. Tom Rush – St  (1970). L'un des meilleurs albums de Tom Rush avec cette voix constamment magnifique et un choix de compositeurs infaillible. Trois ballades splendides (Childs song, Colors of the sun, Old man song). Kevin Ayers – Whatevershebringswesing (1972) Le dernier album de Kevin le lymphatique avec David Bedford et le tout jeune Mike Oldfield. Robert Wyatt fait une apparition dans les limbes. Une belle cohorte de hippies indolents oscillant entre le sautillant et le vaguement sautillant (le très lou reedien Strangers in blue shoes)

22 janvier 2015. Spirit – Future games (1977) Le bidule le plus zapiste de l'ami Randy California. Une suite de petits tableaux collés les uns avec les autres et qui forment un tout homogène. Disque rêveur qui anticipe les techniques du sampling bien avant l'heure légale (des bouts de vieux disques, une radio sur ondes courtes, un air hawaïen qui trottine). The Necessaries – Event horizon (1982) L'un des nombreux projets d'Arthur Russell. Casting intriguant,(Jesse Chamberlain ex Red Krayola, Ernie Brooks ex Modern Lovers) pour une musique qui pourrait parfois ressembler à une heureuse coalescence entre les Feelies de Crazy Rhythms et Polyrock le groupe postpunk produit par l'animal répétitif Phil Glass.

23 janvier 2015. The Red Krayola - God Bless the Red Krayola and All Who Sail with It (1968) Pierre angulaire brinquebalante, des mélodies en dents de scie jouées sur des instruments que les musiciens semblent avoir trouvés par hasard sur le palier du studio. Mayo Thompson mériterait plus que ces quatre lignes, il pourrait bien être plus considérable qu'il n'y paraît. Écoutez ses disques pour vous faire une petite idée (et notamment son vrai faux album solo Corky's Debt to His Father). Mort d'Edgard Froese l'un des trois Tangerine Dream originel. Pour cette occasion un peu triste réécouté Stuntman son album de 1979. Vraiment très bien et pas si « planant » que ça.


24 janvier 2015. Journée erratique passée sur YouTube, picorant un peu au hasard de Bill Withers (Better Off Dead) à Véronique Sanson (Le Maudit) de Arthur Russell (A Little Lost) à Gary Windo (Baby Fatele), de Chris And Cosey (Heartbeat) au Dwight Twilley Band (Looking For The Magic). De l'hétéroclite, mais que du bon.  

Libellés :

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

un compteur pour votre site
OpenDrive