dimanche 1 avril 2007

Lisez vous le Blanchard ?



André Blanchard vit à Vesoul où il exerce la profession de gardien dans une galerie d’art contemporain. Curieusement c’est également un écrivain. Un type un peu compliqué, qui volontairement, ou pas, prend plaisir à vouloir se gâcher, ne semblant pas faire le moindre effort, la moindre concession que ce soit pour vivre de sa plume même un petit peu. . D'ailleurs, il parvient tellement à demeurer dans son coin et maussade, qu’il a beaucoup de mal à être publié ce bonhomme-là ! Le trouver dans le commerce (avant son renflouage par le Dilettante) a tout de la pêche vaine tant il y a de poissons mornes, nageoires ouvertes, étalés mollement sur les tables de nos libraires.
André Blanchard est ici où là souvent comparé à Paul Léautaud, mais plus qu’un journal il tient lui des carnets expurgés du raz de l’intime. En fait, il tâche d’oublier les journées en leur substituant de quoi exister sans avoir à les vivre. Voilà donc moult considérations consignées : sur les hommes, le monde moderne, plus que sa femme ; son chat et surtout la littérature.

Pour que les choses soient clairs André Blanchard est quand même assez réac, sans trop de courroux tant il n’est candidat à rien, on bondit souvent intérieurement à sa lecture. C’est également derrière son coté Cioran de Vesoul affligé, un grand lecteur, mais sceptique et rencogné, avec une vision de la littérature bloquée dans l’entre-deux-guerres. La période à beau être d’une richesse indéniable, de Proust à Mauriac en pensant par  Céline il y a bien de la matière à triturer encore un peu, mais enfin, au bout d’un moment on se demande bien comment les affres de la modernité ont réussi à passer aussi haut au-dessus de la tête d’André Blanchard. Un peu comme les vilains taggeurs qui on se demande bien comment , eux, parviennent à saloper les vieilles pierres de Vesoul. Bon donc quand il parle de Mauriac ou de Céline il est très futé, il a par exemple bien raison de prétendre que tout Céline est déjà dans « Le Voyage » tout Céline, et même la saloperie : « Tout est dit dès le départ et les pamphlets ne sont que sous parties en quelques sorte inexcusables en ceci : être passés du général au particulier, ce qui est le mécanisme de la délation. » Pour le contemporain et dès que l’on ressort des golden thirties, manque de pot l’oulipo c’est pas son truc, c’est un dézingage en règle ; réjouissant quand il s’attaque à des cibles qui ne demandent qu’à être visées, Sollers, Bobin, Delerm père et fils, un peu plus problématique quand il s’attaque à François Bon (qui n’est pas Bon) ou Pierre Michon, honnête quand il évoque Thierry Metz et chutant gauchement dans un précipice d’incompréhension quand il entend feu Christophe Tarkos  tournicoter à la radio.
Ben voilà notre contrarié ami se trompe, car le nœud du truc est bien là ! Ce qui fait qu’il y a de la littérature (ou de la poésie) c’est bien cette histoire avec la langue aussi, et le Tarkos est bien une langue dans sa singularité même. Loin du moderne vieillot à concept en plastique, on ne demande à personne d’autre de la parler cette langue, même pas de la décrypter vraiment, mais de se laisser prendre par sa musique, oui. D'ailleurs, ce qui fait la saveur et le prix de son livre André Blanchard le sait bien, c’est sa langue à lui : le Blanchard, cette voix un peu hors de mode et dans son monde, délicieuse de désuétude parfois, avec ces petits ressacs de phrases courtes qui interpellent façon mains en l’air. Bon voilà sachez quand même que Blanchard dézingue, mais jamais avec méchanceté et mesquinerie, et puis son coté ratiocineur un peu à côté attaquant le moderne n’est pas si désagréable que ça à la longue. D’ailleurs en parlant de moderne et le sourire en coin on imagine, la confrontation ou plutôt le choc frontal de ce type refermé, fulminant dedans, avec le supposé public d’une galerie d’art contemporain : croquignolet carambolage entre le chicaneur chafouin et un casuel rassemblement de quidams à forte propension : comment dirai-je c’est invraisemblable ma chère comment l’âme s’exprime pleinement dans cette installation à base de pots de yaourt triturés !


André Blanchard - Contrebande, Le Dilettante - 320p, 20€

Libellés :

1 Comments:

Blogger frumious bandersnatch said...

Très beau blog ! ravi d'y voir certaines de mes vieilles obsessions : Lord Sutch, Screamin' Jay Hawkins, et Roky Erickson qui - aux dernières nouvelles - a recouvré officiellement ses droits civiques, ne prend plus de médicaments et remonte sur scène : il est même question d'une tournée européenne!!!
Belles lectures, aussi : le Blanchard, qu'il faut décidément que j'achète, Jauffret...
De toute façon, tout homme qui nomme son blog Ordet ne peut être foncièrement mauvais...
Merci !

12:28 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

un compteur pour votre site
OpenDrive