lundi 10 janvier 2005

The Shop Around The Corner -Ernst Lubitsch (1939)

"Quant à la comédie humaine, j’estime n’avoir jamais fait mieux que dans The Shop Around The Corner. Jamais je n’ai réalisé un film dont l’atmosphère et les personnages étaient plus authentique que dans celui-ci..."



Comme le disait si bien François Truffaut, Lubitsch était un prince, et justement la plupart de ses films décrivent un monde de princes légers, de coquettes ou de grands bourgeois, sous les lustres étincelants de la Paramount les téléphones blancs sonnent souvent mais ne donnent pas beaucoup de nouvelles du monde... The Shop Around The Corner est une exception merveilleuse, il décrit un monde de petits employés, voire de bourgeois un peu étriqués, loin des altesses et du champagne. C’est son film le plus près de la réalité, mais pas du réalisme et heureusement : le simulacre est toujours présent, la recréation d’une Budapest stylisée, recréation d’une mitteleuropa fantasmée, est très loin de tout vérisme ; et quand les flocons de neige tombent ils sont tellement parfais qu’ils renforcent le coté « conte de fées » du film.

The Shop Around The Corner est donc un “conte de fées”, l’un des sommets de la Lubitsch Touch, un film merveilleux et doux, mais pas si simple que ça en fait, sur le désir, sur la sexualité, sur le simulacre, sur la lutte feutrée des classes il ouvre des portes assez inattendues. La boutique de Matuschek est un est petit monde en lui-même, où Lubitsch s’intéresse d’abord à cette chose assez indéfinissable qu’est le sentiment amoureux, « l’intrigue » amoureuse puisqu’il faut la nommer ainsi. Le quiproquo épistolier met en valeur l’antinomie entre les mirages de l’amour idéal fantasmé et la réalité du désir charnel, ou comment être amoureux de son propre état amoureux plus que de l’être convoité, thème que l’on retrouve entre autres chez Proust. Margaret Sullavan, la petite vendeuse amoureuse, aime de manière éthérée un poète épistolier délicieux qu’elle n’a jamais vu, d’un autre coté elle désire inconsciemment être renversé dans l’arrière boutique par James Stewart, employé qu’elle juge terne et médiocre et qu’elle repousse d’un froid mépris ; voilà pourtant que le vendeur prosaïque et l’épistolier distingué ne font qu’un, James Stewart et Margaret Sullavan vont bientôt pouvoir fusionner corps et âmes mêlés.

Toute l’élégance et le talent de lubitsch sont donc de transformer l’habituel triangle amoureux en un duo, la conquête de l’être aimé passant par la destruction d’un rival réel ou fictif, la scène finale, véritable film dans le film en est la trace, James Stewart déclare à Margaret Sullavan avoir rencontré le correspondant sublime, le décrivant comme gros, pantouflard chômeur sans le sous et pour tout dire profiteur et vaguement coureur de dot, Sullivan est effondrée, quoique très bien dans son corps, elle assume maintenant pleinement son attirance physique envers le vendeur terne, elle se résigne pourtant à rejoindre son amant fantasmé quand a cet instant précis Stewart lui révèle la vérité, lui et l’épistolier charmant ne font qu’un, instant miraculeux, le corps et les sentiments se rejoignent dans une alchimie parfaite.

Lubitsch s’intéresse à l’intrigue amoureuse mais en second plan la boutique vit elle aussi, Matuschek le patron onctueux puis dur et cruel devient neurasthénique et tente de se tuer en apprenant l’infidélité de sa femme ; Pepi le petit livreur le sauve et est nommé comme vendeur ; Vardas l’employé mielleux de Matuschek est l’amant de sa femme ; Pirovitch l’ami fidèle est un peu peureux ; tout un petit théâtre, triste et gai où tous les personnages ont une vie autonome et existent vraiment.

Si Lubitsch était un prince, c’était aussi un magicien, maître total de ces instruments, capable de remuer en nous des sentiments profonds de manière quasi invisible et légère, capable de fusionner le grand style viennois à la comédie classique hollywoodienne avec une ferveur détachée et pleine d’ironie, pour finir il faut dire un mot de Jimmy Stewart, vibrant, fiévreux, hésitant, d’une gaucherie sur le fil du rasoir, il est extraordinaire, comme d’habitude et même un peu plus dans ce film.


Libellés :

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

un compteur pour votre site
OpenDrive