lundi 9 octobre 2006

Agent de contact




« L’humour est la contribution apportée au comique par l’intermédiaire du surmoi. »

Sigmund Freud

Pourquoi cette manie persistance d’être affligé alors qu’il y a tellement de raisons de ne pas l’être : Affligé ? Par exemple « Le patrimoine de l’humanité » premier roman de Nicolas Beaujon, un livre drôle même très drôle parfois, un livre qui n’autofictionne pas lui ! Que voulez les aventures d’un ex livreur de quenelles reconverti en gardien de musée hein quoi bon ! Enfin agent de contact plus que gardien musée c’est le terme adéquat : Agent de contact … le livre est plein d’agents de contact assoupis dans des chaises designs, de délégués syndicaux chafouins, de petits chefs (brigadier de contact) il est également plein d’umour administratif réjouissant comme chez le gratte papier à chapeau rond tchèque, de rapports d’anomalies envoyés à la hiérarchie, de rondes souples pour voir si les extincteurs sont toujours plombés et en place. Nos agents de contact sont tout juste dérangés dans leurs évolutions molles par un aréopage indistinct de visiteurs belges cherchant les toilettes, d’usagés chafouins ne voulant pas sortir à l’heure légale (17h30) saloperie d’usagé … Au bout d’un moment tout part en vrille les agents de contact se mettent à sniffer de la cocaïne inconsidérément et pour subvenir à leur vice ils piquent deux trois choses dans le musée où ils officient faiblement … Ajoutons des agents de contacts féminins prédisposés à faire la chose facilement et un héros (ex livreur de quenelles donc) fan de Jimi Hendrix et détestant avec le temps les Doors (sauf LA Woman) … Ce n’est pas de la TGL (très grande littérature) mais un livre parfois irrésistible basé sur un principe comique tout simple, la petite réalité vue de biais et grossie, cette manière de leurrer le lecteur fugacement et de se demander si les choses sont bien réellement à leur vraie place ? Ce léger basculant vers le déraisonnable c’est la recette de Kafka (ce qui n’est pas rien) et le livre de Beaujon est comme ça constamment en léger décalage. Étonnant assurément mais surtout je me répète très drôle et pas affligeant pour un sou.

En plus les livres du Dilettante sentent très bon (sauf ceux du fils à Zanini ) Le Dilettante c’est l’éditeur qu’il vous faut
.

Libellés :

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

un compteur pour votre site
OpenDrive