lundi 20 mars 2006

Passage - For All & None (1981)



Un grand disque secret, plus que caché : enfouie, enterré au début années 80. Comme un trésor qui ne demande qu’à ressurgir plein de terre l’air déconcerté et un peu méfiant !
Tout d’abord ce qui frappe c’est l’impression d’avoir à faire à une musique totalement neuve qui s’invente toute seule à partir de quelques bribes infimes. Bribes prises par hasard, des petits fragments de musique populaire, le strict minimum pour se faire un style propre. Et pourtant avec tout ça voilà une musique à proprement parler inouï et un style terriblement, personnel !
Dick Witts le leader de ce petit groupe eighties de Manchester avait une formation de percussionniste classique et donc une approche un peu particulière de l’idiome rock. Comme s’il balançait tout ses foutus instruments dans les escaliers ! Une sacré dégringolade, des pianos éventrés pour la cause, des bouts de xylophone qui tentent de survivre courageusement, des timbales et tambours qui déstructurent tout ça d’une manière délicieusement syncopée. Un magnifique conglomérat au pied de l’escalier où dans un soubresaut un petit synthétiseur aigrelet esquisse une dernière note au milieu de harpes et de flûtes incongrues.
Et voila une musique qui prend par la main toute une gamme de sentiments mordorés : Haine, dégoût, terreur, épouvante … Un vrai bonheur au milieu de morceaux plus heureusement déstructurés les uns que les autres : « Do The Bastino » presque un tube indansable, « The Shadow » Joy Division dans la machine à laver … avec des cailloux, « Save your head » malaisé , « A Good And Useful Life » qui se termine par un furieux « A Good And Useful Life / Fuck’em ». Dick Witts chante ou déclame, murmure, n’arrive pas à fixer une mélodie qui semble lui échapper et s'évaporer pour mieux revenir en douce comme pour mieux enfoncer le clou. Tout cela ne ressemble vraiment à rien, est loin de tout, de l’ordinaire binaire comme de la fausse avant garde. Ah !! Si éventuellement Wire … Même esprit sardonique, même détachement aristocratique, même indifférence furieuse, même amertume …voilà !

hip rebels
good rebels
useful rebels
leading a good and useful life
fuck'em

Libellés :

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Tu avais raison.
En tout cas merci, j'avais oubllié le nom du groupe, tu m'as permis de le retrouver : je me souvenais juste du "a good and usefull life / fuck'em" !
En plus c'est drôle, il y avait Spirit juste derrière et je suis assez fan aussi.

6:18 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

un compteur pour votre site
OpenDrive