mercredi 15 décembre 2004

Yves Klein

Yves Klein Papier brûlé sur bois

Il n’y pas que des monochromes chez Yves Klein dans ces peintures de feu, comme dans les Cosmogonies, stigmates persistant de la pluie et du vent, il invite les éléments de la nature afin de les révéler d’une manière assez belle nouvelle et insolite comme sorte de medium créateur. Pour Klein, le feu est à l’origine de la civilisation, il est ambivalent, douceur de la chaleur mais douleur de la brûlure, résonance entre l’homme et la nature.

Libellés :

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

un compteur pour votre site
OpenDrive